Icon
Fichier 2
Icon

Vous souhaitez nous contacter ?

Prenez rendez-vous pour visiter notre showroom sur les bords de Loire

45 quai Emile Cormerais

44800 NANTES-SAINT-HERBLAIN

TEL 06 60 66 43 37

contact@fox-innovation-robots.com

ou laissez-nous un message :


VOUS êTES :






Fichier 3

la Prévention Appliquée aux Risques Industriels au siège de l’entreprise Merck-MILLIPORE à Molsheim (exosquelettes d’assistance physique)

PARTAGER

Pierre-André FOIX revient sur l’expertise de Fox Innovation Robots

« FOX Innovation Robots » est une société qui propose des systèmes et cherche des solutions pour répondre aux besoins des clients en termes de modernisation et d’amélioration des conditions de travail : des exosquelettes, mais aussi des robots collaboratifs, ou toute autre solution adaptée.

Les exosquelettes sont déjà utilisés par de nombreuses entreprises, des PME, par des fonderies par exemple où ils permettent notamment la réduction des vibrations transmises au corps, en logistique pour la manutention de cartons, par des tunneliers (aide aux travaux bras tendus au-dessus de la tête), par des entreprises d’espaces verts, l’industrie nucléaire, la SNCF ou le Groupe La Poste font également appel à ces matériels.

Ils couvrent tous les domaines et en 2019, il y a déjà plusieurs milliers d’utilisateurs, rien qu’en France.

Lorsqu’une entreprise veut un exosquelette, elle doit d’abord se poser la question de savoir s’il sera vraiment utile, s’il sera adapté, quel type, quel modèle, pour quelle utilisation et comment s’assurer de son acceptabilité et appropriation par les opérateurs concernés.

Il est indispensable d’effectuer une analyse systématique et approfondie pour définir les enjeux, les objectifs, trouver l’exosquelette adapté à la problématique ou bien, au contraire, démontrer que l’on ne peut pas ou ne doit pas en utiliser. Donc pertinence de son utilisation, car il peut être contraignant et peut entraîner une mobilité réduite ! L’appareil va-t-il vraiment réduire la pénibilité des personnes se plaignant de leurs conditions à leurs postes de travail. Il conviendra d’ailleurs par la suite d’évaluer à son juste niveau le retour des utilisateurs pour envisager le déploiement. Un robot, ou un robot collaboratif, ne serait-il pas plus adapté ?

Au poste, analyser l’environnement du poste, quelle est la place disponible, ce qu’il sert à manutentionner et comment, en faisant quels mouvements ? quelle est l’ergonomie globale au poste ?

Il faut également tenir compte des facteurs humains, de l’acceptabilité du matériel, de son esthétique ainsi que du confort associé aux mouvements. Il sera judicieux de s’appuyer sur des volontaires « opérateurs ambassadeurs ». L’acceptabilité au changement est essentielle, on ne peut pas imposer sans expliquer et sans démontrer les avantages apportés par la nouvelle technique, cela permettra un déploiement ultérieur plus serein.

En ce qui concerne les matériels, on peut considérer deux tendances, ceux qui se règlent en fonction de la charge et ceux qui se règlent en fonction de la force de l’opérateur

o  La série « WORKER », appareils puissants mais contraignants, représentant la troisième génération, où les ressorts ont été remplacés par des vérins progressifs ou à isogravité. Ils répondent avant tout aux problématiques des charges lourdes, toute en étant simples d’entretien, facilement décontaminables si nécessaire.

o  Les modèles « PICKER » de dernière génération, présentent des structures légères, tout en étant puissants, mais avec plus de degrés de liberté, des réglages multiples plus fins ; un vérin unique a été remplacé par plusieurs vérins plus petits, ce qui permet de décomposer plus finement des actions mieux localisées, et de faire corps avec l’opérateur.

 La tendance va vers la généralisation des exosquelettes, mais à des postes précis, où la pénibilité importante ou les mouvements répétitifs sans recours à des alternatives robotisées, est pertinente, et à la faveur de l’évolution des matériels, de plus en plus ergonomiques, et faciles à ajuster.

 Propos recueillis par Jean DUCRET, IPRP, secrétaire de l’Association PARI ALSACE

 

RETOUR À TOUTES LES ACTUALITÉS
NOS CLIENTS